Guerre 1914-1918 - Histoire du XXe siècle

Catégorie : Bandes dessinées (Page 2 of 2)

Les taxis de la Marne

Claude Plumail / Jean-Yves Le Naour, Bamboo (Grand Angle), 2014, 48 p.
Le jour où la France devait perdre la Guerre. Septembre 1914. Les Allemands avancent vers Paris, l’armée française recule et le gouvernement abandonne la capitale au général Gallieni qui ne pourra tenir longtemps face à l’ennemi. Mais Gallieni découvre que les Allemands délaissent Paris pour poursuivre les soldats français en retraite. C’est l’occasion inespérée de lancer une attaque avec la garnison de Paris ! Mais cette contre-offensive ne pourra fonctionner que si l’armée française fait front. Problème : Joffre, le général en chef, a du mal à accepter les conseils de Gallieni. Alors que la France tangue comme un bateau ivre, se dessine la bataille de la Marne qui va changer le sort du pays et le destin du monde.

Le vol de la Joconde

Didier Bontemps / Jean-Yves Le Naour, Roymodus, 2012, 47 p.
Cette BD est tirée d’une histoire vraie que beaucoup ignorent : la Joconde a bien été volée en août 1911 et, durant deux années, la police se cassera les dents sur toutes les pistes pour tenter de la retrouver. Ce n’est que la maladresse du voleur qui la fera réapparaître en décembre 1913 à Florence. En s’inspirant de l’histoire vraie (le scénariste est historien), cette BD s’inscrit dans un cadre comique en montrant comment la Police s’est embourbée dans des pistes toutes plus ridicules les unes que les autres. L’Allemagne, la Belgique, la Hollande, ont été accusées, les millionnaires américains surveillés, le journaliste Roland Dorgelès suspecté, Picasso inquiété et Guillaume Apollinaire a passé sept jours en prison.

Le soldat inconnu vivant,

Mauro Lirussi / Jean-Yves Le Naour, Roymodus, 2012, 89 p.

Le soldat inconnu vivant

Entretien avec F. Mayaud, bdgest.com, 3 avril 2012
Le 1er février 1918, un soldat amnésique est interné à l'asile psychiatrique du Rhône. Tous les moyens sont employés pour l'identifier et le rendre à sa famille. Son portrait s'étale à la une des journaux et est affiché sur les portes de toutes les mairies. Plusieurs centaines de familles reconnaissent en lui un père, un fils ou un frère disparu à la guerre. Comment départager ces familles qui n'arrivent pas à faire le deuil de leur proche disparu ? Une longue et douloureuse enquête débute. Elle durera tout l'entre deux-guerres et s'achèvera sur un procès à rebondissements où s'opposent tous ceux et celles qui ont reconnu en l'amnésique un de leurs parents. Les contemporains sont fascinés par cet homme sans passé : Jean Anouilh s'empare du fait divers pour écrire son Voyageur sans bagage et la presse baptise rapidement l'amnésique " le Soldat inconnu vivant". Cette histoire singulière révèle en réalité une profonde souffrance née de la Grande Guerre, une douleur intime et collective : celle du deuil impossible à faire pour les familles des soldats disparus. Dans une société qui voudrait tant oublier et qui n'en finit pas de se souvenir, il n'y a pas plus de certitudes que de corps à pleurer.
Newer posts »

© 2021 Jean-Yves Le Naour

Theme by Anders NorenUp ↑