--- Sociologie ---

Plus belle la vie - la boite à histoires, PUF, 2013, 204 p.

1914
Quatrième de couverture :

"Il est de bon ton de critiquer Plus belle la vie, série emblématique et quotidienne de France 3. Les intellectuels la dénigrent, l’extrême droite l’exècre, les islamistes la vomissent, et pourtant, chaque soir, ce programme démarré en 2004 et qui compte plus de 2 000 épisodes rassemble une moyenne de cinq millions de téléspectateurs. Cette réussite est-elle un hasard ? Rendez-vous familial fédérateur, Plus belle la vie ne correspond à rien de connu, avec son audience atypique qui réunit des jeunes et des vieux, des riches et des pauvres, des ouvriers et des diplômés du supérieur. On la dit politiquement correcte, et pourtant on y voit des homosexuels s’embrasser langoureusement et des drogués se piquer à l’héroïne, à la grande fureur du CSA. Parce qu’elle porte l’ambition de parler du monde tel qu’il est à travers la chronique d’un quartier, d’être un "laboratoire humain" et une caisse de résonance des problèmes de société contemporains, cette série dit quelque chose de la France et des Français : mais de quoi Plus belle la vie est-elle le nom ?"

Revue de presse:
  • Abdennour Bidar, France inter, Cause commune, 14 avril 2013 :
"C'est une série qui mérite qu'on s'y arrête pour réfléchir à ce qu'elle dit de notre société parce qu'elle arrive à associer légèreté et une certaine profondeur."
  • Alexandre Le Drollec / Jean-Yves Le Naour, Le Nouvel Observateur, 9 mars 2013 :
" C'est l'un de ses paradoxes d'un côté, la série peut réellement être politiquement correcte. De I'autre, il y a cet engagement dans le sociétal et cette volonté de raconter le monde tel qu'il est. ll est aussi question de politique"
Pour contacter Jean-Yves Le Naour : jeanyves.lenaour@laposte.net - Pour contacter le webmaster : clodiah@gmail.com. Tous droits réservés.