Guerre 1914-1918 - Histoire du XXe siècle

Étiquette : soldat du midi

La faute au Midi

A. Dan / Jean-Yves Le Naour, Bamboo (Grand Angle), 2014, 48 p.

Prix Jean Tourette 2014 de l’Académie de Marseille.

Lire l’interview de JY le Naour et A. Dan sur Ligne Claire, par Jean-Laurent Truc, à propos des soldats du Midi

L'histoire vraie de trois innocents sacrifiés par la nation. Le 21 août 1914, les soldats provençaux du XVe corps sont lancés dans la bataille de Lorraine, sans appui d'artillerie. C'est un massacre. 10 000 soldats sont fauchés par les obus et la mitraille avant même de voir un seul casque à pointe. Pour Joffre, généralissime des armées françaises, cette défaite est catastrophique, car elle ruine ses plans. Afin de se dédouaner, il rejette la faute sur les soldats du Midi, à la mauvaise réputation. Humble combattant provençal, Auguste Odde, comme trois autres soldats, participe à cette affreuse bataille. Blessé au bras, il est soupçonné de lâcheté et risque la peine de mort.

Une exposition : soldats du Midi. Héroïques et diffamés, s’est tenue du 24 mars au 5 juillet 2014, au centre aixois des archives départementales des Bouches-du-Rhône.

Désunion nationale : la légende noire des soldats du Midi

Vendémiaire, 2011, 192 p.

Disponible en poche, collection « Echo », vendémiaire, 2013, 192 p.


Le 21 août 1914, près de Nancy, le XXe corps, un bataillon lorrain, et le XVe, composé en majorité de soldats marseillais, se voient confrontés à un terrible tir de barrage de l'artillerie allemande. En quelques heures, les troupes engagées sont décimées : dans certaines compagnies, on compte 80 % de pertes. C'est la retraite, catastrophique, et la fin du plan de campagne de Joffre : les Allemands déferlent par les plaines du nord et la Picardie.





Dans ces premières semaines de guerre où tout se joue, l'État-major et le gouvernement cherchent des boucs émissaires. Ce seront les soldats du Midi. En pleine Union sacrée, l'antagonisme resurgit, viscéral, entre la France du nord et celle du Sud, nourri de préjugés racistes issus du XIXe siècle et diffusés jusque dans la littérature populaire comme en témoigne la figure de Tartarin de Tarascon. L'affaire du XVe corps empoisonnera les esprits pendant toute la durée du conflit, provoquant à Paris interpellations à la Chambre, démissions et règlements de comptes politiques, et dans les tranchées humiliations, persécutions, voire exécutions arbitraires contre des combattants accusés d'être, par nature, de mauvais patriotes.

© 2020 Jean-Yves Le Naour

Theme by Anders NorenUp ↑