Guerre 1914-1918 - Histoire du XXe siècle

Catégorie : Documentaires : 20e siècle (Page 1 of 2)

Hiver 54 : l’abbé Pierre. L’insurrection de la bonté.

Dimanche 28 janvier, 23h20, sur France 5, La case du siècle : Hiver 54, l’abbé Pierre.

Disponible en replay jusqu’au 5/08/2024.

Jean-Yves Le Naour ; Cédric Condon. Produit par Patrice Gellé, Bleu Kobalt ; INA ; France Télévisions ; CNC, 2023, 60 mn.

Hiver 1954, une vague de froid s’abat sur la France. Le thermomètre descend en dessous des moins 20 °C. Le pays est frappé par une crise du logement sans précédent. Les autorités ferment les yeux. Pas pour longtemps. Un prêtre, résistant, ancien député, l’abbé Pierre, va les contraindre à agir. C’est la naissance d’un extraordinaire mouvement de solidarité – « L’Insurrection de la Bonté ». L’appel de l’abbé Pierre du 1er février 1954 sur les ondes de Radio Luxembourg provoque une vague d’émotion et un électrochoc sur le mal-logement et la misère sociale en France. Le film raconte de l’intérieur les combats d’un curé pas comme les autres, rebelle, indigné, en colère, devenu un héros national. Une plongée inédite dans la genèse d’un destin qui a marqué l’histoire politique, sociale et humanitaire du XXe siècle.

Le Baron et l’Empereur – Japon, la voie de la guerre

Jean-Yves Le Naour / Cédric Condon. Kilaohm Productions ; France Télévisions , 2023, 54 mn.
Né en 1861, le baron Makino Nobuaki fut un homme politique et fonctionnaire de la cour impériale. Ses mémoires ont décrit l'évolution de la société japonaise, passée d'un système féodal à une puissance industrielle et à un État moderne. Dans les années 1930, le baron Makino, devenu le conseiller en chef de l'empereur Hirohito, influence la position du monarque dans la société et l'élaboration de la politique japonaise. À ce titre, il essaye d'empêcher la militarisation et l'entrée en guerre du Japon, mais en vain. Son parcours éclaire les différentes étapes que le pays traverse durant cette période peu connue qui l'a entraîné dans le conflit et ses conséquences.

Gisèle Halimi, la cause des femmes

France 5, le dimanche 13 mars 2022 à 17 h 20.

Le Naour Jean-Yves / Condon Cédric, 2022 (Kilaohm productions-France Télévision-Histoire-RTBF)

Voici l’histoire d’une femme, d’une rebelle, d’une avocate qui a dit non. Non à la colonisation, au patriarcat, aux traditions et à la domination des hommes. De la défense des indépendantistes algériennes à la parité en passant par le droit à l’IVG et la pénalisation du viol, Gisèle Halimi a initié et accompagné la plus grande révolution sociale et culturelle de la seconde moitié du XXe siècle : l’émancipation des femmes.

Reagan. Un sacré président

Sur Arte, collection : Les coulisses de l’histoire , le 26 janvier 2021 à 21h45 et en replay jusqu’en septembre 2021.

La postérité nous a laissé de Ronald Reagan une image désastreuse, celle d’un président incompétent. Et pourtant, orateur remarquable et d’une intuition hors du commun, malgré ses défaillances avérées, l’ancien acteur de série B a su restaurer la flamme d’une Amérique alors en plein déclin !

Les derniers tirailleurs

A voir sur France 5, Les derniers tirailleurs, un film documentaire de Cédric Condon, écrit par Jean-Yves Le Naour, le 27 septembre, à 22h40.

Dans la presse :

Ce documentaire équilibré, qui n’occulte ni les points d’ombre, ni les zones de lumière, est une façon de leur rendre hommage. Une tentative émouvante de rattraper le temps perdu.

SEBASTIEN PORTE, TELERAMA, 23 SEPTEMBRE 2020.

Les voilà qui racontent leur guerres comme de vieux combattants français. Sans jamais remettre en question leur identité nationale, mais avec aux lèvres de l’amertume et du dépit.

SORJ CHALANDON, LE CANARD ENCHAINE, 23 SEPTEMBRE 2020.

Une démarche mémorielle salutaire.

ALBAN DE MONTIGNY, PELERIN, 24 SEPTEMBRE 2020.

A partir de témoignages d’anciens tirailleurs sénégalais, ce film jette une lumière crue sur une page sombre de l’histoire de France.

LE POINT.FR, 25 SEPTEMBRE 2020.

« Il était une fois un Empire de dix millions de Km², de 110 millions d’habitants, sur lequel le soleil ne se couchait jamais. Il était une fois une force noire qui faisait la fierté des Français… » Les premiers mots du documentaire de Jean-Yves Le Naour, réalisé par Cédric Condon, tracent le cadre pour raconter l’aventure de quelques-uns de ces hommes.

L’HUMANITE DIMANCHE, 24 SEPTEMBRE 2020.

Il donne la parole aux derniers survivants qui portent malgré tout avec fierté leurs médailles militaires.

HISTORIA, OCTOBRE 2020.

L’Affaire Markovic. Coup bas chez les gaullistes

Jean-Yves Le Naour / Condon Cédric, produit par Kilaohm productions et l’INA, 54 min, 2019.
Le 1er octobre 1968, le corps décomposé de Stevan Markovic, ancien garde du corps et homme à tout faire de l'acteur Alain Delon, est retrouvé dans une décharge sauvage, à proximité d'Elancourt, dans les Yvelines. L'autopsie révèle que le Yougoslave aurait succombé à des coups portés à la nuque et à la tête par un objet contondant. Retour sur cette affaire criminelle qui donna lieu à un scandale politique, destiné à ruiner la carrière de l'ancien Premier ministre Georges Pompidou.

Les oubliés de l’histoire

Collection créée et dirigée par Jacques Malaterre / co-écrit par Jean-Yves Le Naour, Coproduction : ARTE France, Les Films du Tambour de soie, Sara M, 20 x 26mn, 2016.

Une traversée haletante de l’histoire européenne du XXe siècle à travers les destins extraordinaires d’hommes et de femmes étonnamment peu connus du grand public. Cette collection comprend 20 documentaires

  1. Jacqueline Auriol – Vivre et voler / Réalisateur : Jacques Malaterre.
  2. George Best – La popstar du football / Réalisateur : Bernard George.
  3. Carl Lutz, un diplomate en résistance / Réalisateur : Gabriel Laurent.
  4. les oublies de l histoire – Sylvin Rubinstein / Réalisateur : Lorenz Findensen.
  5. Gala Dalí – La muse libérée / Réalisateur : Jacques Malaterre.
  6. Manolete – Un torero en guerre / Réalisateur : Jacques Malaterre.
  7. Les oublies de l histoire – Jerzy Popieluzsko / Réalisateur : Jacques Malaterre.
  8. Matei Pavel Haiducu – L’espion qui a refusé de tuer / Réalisateur : Jacques Malaterre.
  9. Jeannette Mac Donald – Une lionne parmi les lions / Réalisateur : Thomas Cirotteau.
  10. Tom Simpson – La course à la mort / Réalisateur : Bernard George.
  11. Louise Weiss – Une femme pour l’Europe / Réalisateur : Jacques Malaterre.
  12. René Dumont – L’homme qui voulait nourrir le monde / Réalisateur : Jacques Malaterre.
  13. Nikos Beloyánnis – Le martyr communiste / Réalisateur : Marco Gastine.
  14. Matéo Maximoff – L’écrivain tsigane / Réalisateur : Jacques Malaterre.
  15. Griselidis Real – Une courtisane libertaire / Réalisateur : Jacques Malaterre.
  16. Mustapha Muller – Le maître déserteur / Réalisateur : Lorenz Findeisen.
  17. Bobby Sands – Le martyr de thatcher / Réalisateur : Bernard George.
  18. Salvadore Giuliano – L’insaisissable bandit / Réalisateur : Jacques Malaterre.
  19. Aléxandros Panagoúlis – L’insoumis / Réalisateur : Jacques Malaterre.
  20. Théo Sarapo, dans l’ombre de piaf / Réalisateur : Jacques Malaterre.

Corée, nos soldats oubliés

Ecrit par Jean-Yves Le Naour / réalisé par Condon Cédric, produit par Emmanuel Migeot (Kilaohm productions) et ECPAD, 54 min., 2015.

Prix du public au FIPA (Festival International de Programmes Audiovisuels) 2016 à Biarritz.


Qui se souvient aujourd’hui que la France a participé au conflit le plus meurtrier de la Guerre froide : la guerre de Corée ? Une guerre méconnue, replacée ici dans son contexte géopolitique et stratégique et racontée à hauteur d’homme. Quand les témoignages d’anciens combattants du bataillon français font revivre un quotidien marqué par la neige et le froid, mais aussi par la camaraderie entre soldats français et américains."






Revoir le documentaire sur Dailymotion

Les Français du Jour J

Condon Cédric / Jean-Yves Le Naour, produit par Emmanuel Migeot (Kilaohm productions),1h30mn., 2014.
Au matin du 6 juin 1944, les 177 soldats Français du commando Kieffer participent au débarquement en Normandie aux côtés des 150 000 Américains, Anglais et Canadiens. Ils forment le seul contingent français à débarquer le jour J. Parmi eux, des Normands, des Bretons, des Alsaciens, mais aussi des hommes venus d'outre-mer et des colonies, des ouvriers ou des bourgeois, des juifs, des catholiques, des musulmans ou des athées… Si différents et pourtant si semblables, mais tous mus par un même idéal : vaincre l'Allemagne nazie et libérer la patrie. De leur recrutement en Angleterre en 1941 par le commandant Kieffer jusqu'au Débarquement, puis durant toute la Bataille de Normandie, voici l'histoire de ces hommes héroïques, trop vite retombés dans l'oubli. 70 ans après, les survivants du commando racontent.

Le teaser du documentaire

Le procès du viol

Ecrit par Jean-Yves Le Naour / réalisé par Condon Cédric, produit par Emmanuel Migeot (Kilaohm productions), 52 min., 2013.

Prix du public au festival du film d’histoire de Pessac.


Le 2 mai 1978 s’ouvre à Aix un procès qui va marquer un tournant dans le sort réservé jusque-là aux affaires de viol en France. Un procès rendu possible par la ténacité de deux femmes refusant d’abdiquer devant les pressions d’une société et d’une justice qui préfèrent détourner les yeux. Et le combat d’une avocate – Gisèle Halimi – et des mouvements féministes, qui entendent désormais briser le tabou et changer le regard de la société sur le viol.

En ce temps là, le viol était la faute des femmes. Au début des années 70, les hommes le juraient, les policiers le croyaient, la justice le confirmait. La violée était perçue comme consentante. Une jupe courte suffisait à lacérer sa moralité. Sa féminité même était l’instigatrice du crime. Et d’abord en ce temps là, le viol n’était pas un crime.

Sorj Chalandon : contrainte par corps, Le Canard enchainé, 5 mars 2014 

Extrait du documentaire

Dailymotion / TeLeRAMA







Nos salles obscures

Réalisé par Nicolas Levy-Beff, produit par Emmanuel Migeot (Kilaohm productions), 52 min., 2012.
Dans la France des trente glorieuses, le cinéma s'impose comme premier loisir des Français. On s'y rend en famille ou entre amis ; cela tient du rite, comme l'école, l'église ou l'armée, qui réunit toutes les classes sociales. En ce temps-là cette sortie hebdomadaire dépasse de loin le simple fait d'aller voir un film. C'est une sorte de cérémonie joyeuse, rythmée par un rituel, auxquels le public est très attaché ! Aller au cinéma, c'est se retrouver dans sa salle de quartier, découvrir les actualités, "s'ennuyer" devant un documentaire, s'émerveiller avec un dessin animé, siffloter l'air de Jean Mineur et enfin se délecter à l'entracte, d'un cornet glacé. Ce n'est qu'après ces moments, que le film commence, pour la joie des petits et des grands… 

Distraction populaire et familiale pour certains ou lieu de culture pour d'autres, ces heures passées dans les salles obscures, ont beaucoup compté pour la génération des babys boomers qu'elles ont en quelque sorte façonné. Grâce aux témoignages de passionnés de cette sortie, Nos salles obscures fait renaître avec humour et émotion cette époque où le cinéma était un spectacle complet. Ce film montre aussi combien toutes ces petites salles de cinéma, lieux de rencontre et de socialisation ont été importantes dans la vie des quartiers et dans le cœur de ses habitués. Parmi les intervenants : le journaliste et écrivain Olivier Barrot ou encore l'historien Jean Tulard.

On a volé le Maréchal !

Condon Cédric / Jean-Yves Le Naour, produit par Emmanuel Migeot (Kilaohm productions), 52 min., 2012.
Dans la nuit du 19 février 1973, un commando de six hommes pénètre dans le petit cimetière de l'île d'Yeu, ouvre une tombe et enlève le cadavre du maréchal Pétain ! Leur but : foncer sur Verdun pour l'enterrer au milieu des Poilus de 14-18 avec la volonté de réhabiliter spectaculairement la mémoire du maréchal… mais l'opération finit piteusement, le cadavre de Pétain abandonné dans un garage de Saint-Ouen. Les commanditaires de cette opération sont les ténors du pétainisme de l’après-guerre, Tixier-Vignancour en tête. 

Cette aventure est révélatrice du combat que mène l’extrême droite pour retrouver une place dans le paysage politique d’une France, de la mort de Pétain à la création du Front National en 1973. Un documentaire qui associe archives, témoignages mais aussi scènes de reconstitutions dignes des polars des années 1970. Un documentaire de genre en quelque sorte.

Bokassa Ier, notre ami l’empereur

Condon Cédric / Jean-Yves Le Naour, produit par Emmanuel Migeot (Kilaohm productions), 52 min., 2011.
Ce film est le récit du couronnement le plus absurde de l'histoire, le plus ubuesque de tous les temps, celui de Bokassa Ier, dictateur de Centrafrique et grand admirateur de Napoléon, qui se fit sacrer empereur le 4 décembre 1977, dans une scénographie digne du tableau de David.

Un film entièrement à base d'archives, dont une partie vient d'être déclassifiée par l'armée, à qui l'Elysée avait demandé d'envoyer plusieurs équipes d'opérateurs militaires pour offrir au nouvel empereur le film de son sacre. Un film de famille en quelque sorte!
« Older posts

© 2024 Jean-Yves Le Naour

Theme by Anders NorenUp ↑